header.jpg

Modèles financiers novateurs

Dans l’organisation des chaînes de valeur, petits producteurs inclus, l’impérieuse nécessité pour les agriculteurs (surtout les petits agriculteurs) de vendre au moment de la récolte pour obtenir des revenus en espèces contraste avec le besoin des acheteurs qui souhaitent s’assurer un approvisionnement stable et fiable. Alors que les utilisateurs finaux peuvent passer, à grande échelle, des accords de fourniture à long terme, parce qu’ils ont accès, plus facilement, à des fonds de roulement, les petits acheteurs doivent faire  face à des contraintes aiguës de liquidités. Les agriculteurs sont également confrontés à des difficultés considérables pour obtenir des financements pour leur production, par exemple pour se procurer des intrants qui améliorent la productivité, ce qui entrave, par conséquent, la croissance de la production et l’augmentation de la productivité agricole. Dans cette recherche, nous explorons comment utiliser les institutions du marché, telles que les systèmes de récépissé d’entrepôt (WRS[1]), qui peuvent stimuler les échanges entre les agriculteurs et les multiples acheteurs non spécifiques, y compris les commerçants de toutes tailles, les transformateurs et les exportateurs. En facilitant les financements garantis par les stocks, le WRS peut rendre possible le gonflement des quantités de produits de base sans contraindre les déposants (agriculteurs ou commerçants) à effectuer des ventes au comptant aux ménages ou aux entreprises pour obtenir des liquidités. Dans la recherche, nous explorons également de quelle manière les organisations de producteurs, qui utilisent le WRS, sont en mesure d’établir des  historiques et des fonds de garantie avec les institutions financières, de manière à ce qu’il leur soit relativement facile d’obtenir un financement de leur production.

De courts questionnaires reflétant les problèmes à analyser ont été mis en circulation auprès des membres de la FIPA au mois de septembre 2010. L’objectif de ce processus, qui a été coordonné par la FIPA, était d’engager les organisations d’agriculteurs dans le processus d’identification des modèles financiers innovants ; et de s’accorder sur la définition des critères de performance adoptés dans l’étude.  On espérait que leur implication initiale encouragerait leur participation dans la validation des résultats préliminaires de l’étude et dans le scellement de recommandations pertinentes sur les politiques et les réformes institutionnelles dans leurs programmes de soutien. Ce processus est complété  par une analyse sur documents des modèles innovateurs correspondants. Cependant, la collecte de réactions de la part des organisations d’agriculteurs s’est heurtée aux difficultés organisationnelles internes de la FIPA. D’autres moyens de récolte des remarques seront utilisés lors du premier trimestre 2011, période pendant laquelle un premier rapport d’analyse sera publié.

 

Nouvelles

Désolé, cet article est seulement disponible en Anglais Américain.

Documents

Désolé, cet article est seulement disponible en Anglais Américain et Espagnol Européen.