Analyse de la chaîne de valeur de produits de l’acacia et etude de faisabilité de certifications collectives par le PEFC et FSC

L’ Alliance Coopérative Thua Thien Hue (TTHCA, pour son sigle en anglais) gère le développement de 256 coopératives et leur offre des services de marketing et de production. 128 coopératives possèdent surtout des forêts d’acacia et produisent des copeaux de bois, qui sont vendus sur le marché intérieur avant d’être exportés vers la Chine, Taiwan et d’autres pays asiatiques. TTHCA et leurs coopératives courent le risque d’une baisse des recettes en raison des exigences de durabilité de plus en plus strictes fixées par le marché international des produits forestiers. Cependant, le coût d’accès à la certification de la gestion forestière est très haut pour les petits producteurs forestiers (en moyenne ils ont de une à trois hectares de forêts plantées). La certification en groupe de la gestion forestière pourrait être une solution pour ces producteurs et améliorer leur position sur le marché. Pour pouvoir évaluer les avantages d’une certification collective, TTHCA et coopératives forestières ont besoin d’augmenter leur connaissance de la façon dans laquelle fonctionne actuellement la chaîne de valeur des produits d’acacia.

ESFIM soutient TTHCA avec une analyse de la chaîne de valeur desdits produits. Ses résultats permettront de déterminer si l’obtention d’une certification collective de l’un des programmes de certification forestière existants, le Forest Stewardship Council (FSC) ou bien le Programme de reconnaissance des certifications forestières (PEFC, pour son sigle en anglais), est économiquement réalisables. La recherche sera menée par le Centre pour l’Étude du Changement Climatique en Vietnam Central, et ses résultats seront utilisés pour les partenaires de TTHCA et d’autres parties prenantes pour mieux comprendre leur propre position dans la chaîne de valeur et pour pouvoir identifier les goulets d’étranglement. L’étude de faisabilité informera à TTHCA au moment de décider de solliciter (ou non) une certification collective et, le cas échéant, quel programme leur convient le mieux. Les résultats seront également utiles pour d’autres coopératives et groupements de petits producteurs forestiers.